Lorsque vous commencez à vous sentir mieux, résistez à la tentation d’en faire plus. En faire trop à ce stade peut vous faire reculer dans votre rétablissement. Concentrez-vous pour nourrir votre corps avec de bons aliments, boire beaucoup d’eau (surtout si vous allaitez) et vous reposer suffisamment.

Si vous avez subi une césarienne, vous aurez plus de restrictions quant à ce que vous pouvez faire dans les jours et les semaines qui suivent l’accouchement. Parmi les interdictions courantes, citons la conduite automobile et le fait de soulever des objets plus lourds que votre bébé. Votre médecin vous fera savoir quand vous pourrez reprendre vos activités normales.

Voici un aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre pendant votre convalescence post-partum.

Douleurs abdominales.

Au fur et à mesure que votre utérus reprend sa taille et sa forme normales, vous ressentirez des douleurs dans votre abdomen (bas du ventre). Ces douleurs sont appelées « post-douleurs ». La plupart de ces douleurs seront sourdes, mais certaines seront vives. Ces douleurs peuvent s’intensifier lorsque vous allaitez votre bébé. En effet, l’allaitement stimule une substance chimique dans votre corps qui provoque la contraction de l’utérus. Pour de nombreuses femmes, l’application de chaleur sur la zone concernée aide à contrôler la douleur. Pensez à utiliser un coussin chauffant ou une bouillotte. Vos douleurs abdominales devraient s’atténuer avec le temps. Si ces douleurs s’aggravent ou ne se calment pas, vous devez appeler votre médecin.

Le baby blues.

Vous êtes si excitée et heureuse de ramener votre bébé à la maison. Mais l’instant d’après, vous êtes triste. Cela peut être déroutant, surtout pour les nouvelles mamans. Sachez que de nombreuses femmes (70 à 80 %) éprouvent un sentiment de tristesse au cours des premières semaines suivant la naissance de leur enfant. C’est ce qu’on appelle communément le « baby blues », qui est causé par les changements hormonaux. Il n’y a pas lieu d’en avoir honte. En fait, se confier à un ami ou à un membre de la famille peut souvent vous aider à vous sentir mieux. Si ces sentiments durent plus de quelques semaines ou si vous n’êtes pas en mesure de fonctionner à cause d’eux, vous pourriez souffrir de dépression post-partum. La dépression post-partum est plus grave que le baby blues. Si vous éprouvez de graves sentiments de tristesse ou de désespoir, vous devriez appeler votre médecin.

Constipation.

Il est très fréquent d’être constipé dans les jours qui suivent l’accouchement. Plusieurs facteurs peuvent en être la cause. Si vous avez reçu des médicaments antidouleur à l’hôpital, ils peuvent ralentir votre transit intestinal. Si vous avez subi une anesthésie (un analgésique) pour quelque raison que ce soit, cela peut également en être la cause. Parfois, la constipation post-partum est simplement provoquée par la peur. C’est particulièrement vrai si vous avez des points de suture parce que vous avez subi une épisiotomie (une incision chirurgicale entre le vagin et l’anus afin d’élargir l’ouverture du vagin pour l’accouchement) ou si vous avez déchiré cette zone pendant l’accouchement. Vous pouvez avoir peur d’abîmer les points de suture ou craindre qu’une défécation ne provoque encore plus de douleur dans cette zone. Pour soulager la constipation, buvez beaucoup d’eau et essayez de manger des aliments riches en fibres. Dans de nombreux cas, vous pouvez demander à votre médecin de vous prescrire un émollient fécal (comme Colace ou Docusoft). Si vous n’êtes pas allée à la selle quatre jours après l’accouchement, appelez votre médecin.

Hémorroïdes.

Vous avez peut-être développé des hémorroïdes (gonflement douloureux d’une veine du rectum) pendant votre grossesse. Si ce n’est pas le cas, vous les avez peut-être contractées à cause de la tension et de la poussée pendant l’accouchement. Elles peuvent provoquer des douleurs et saigner après une selle. Elles provoquent également des démangeaisons. Vous pouvez soulager la douleur et les démangeaisons en appliquant de l’hamamélis sur vos hémorroïdes. Cette méthode est particulièrement efficace si vous conservez l’hamamélis au réfrigérateur. Vos hémorroïdes devraient rétrécir avec le temps. Si ce n’est pas le cas, contactez votre médecin.

Changements hormonaux.

En plus d’alimenter vos sautes d’humeur (voir « Baby blues », ci-dessus), les hormones sont également responsables d’autres symptômes du post-partum. Il se peut que vous transpiriez davantage, surtout la nuit lorsque vous dormez. Assurez-vous simplement que votre transpiration ne s’accompagne pas de fièvre. Cela pourrait être un signe d’infection. Les changements hormonaux entraînent également une perte de cheveux chez de nombreuses nouvelles mamans. Cette perte n’est que temporaire. Lorsque votre taux d’œstrogène augmentera, vos cheveux retrouveront leur épaisseur normale.

Mamelons et seins douloureux.

Les premiers jours d’allaitement, il est normal que les femmes aient les mamelons et les seins douloureux. Si la douleur persiste après quelques jours, il se peut que le bébé ne prenne pas correctement le sein. Essayez de changer de position ou consultez un expert en lactation (spécialiste de l’allaitement) pour obtenir de l’aide. Faites-le avant que vos mamelons ne développent des crevasses douloureuses, ce qui pourrait mettre votre allaitement sur la touche. L’American Academy of Family Physicians (AAFP) recommande que tous les bébés, à de rares exceptions près, soient exclusivement nourris au sein et/ou reçoivent du lait humain exprimé pendant les six premiers mois de leur vie. L’allaitement doit se poursuivre avec l’ajout d’aliments complémentaires pendant la deuxième moitié de la première année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.